Isolant thermique mince : comment l’utiliser ?

Bien qu’ils soient moins performants que les isolants tels que la laine de verre ou l’ouate de cellulose, les isolants thermiques minces ont réussi à faire leurs preuves. Désormais, ils sont très utilisés lors de travaux de rénovation.

Facile à utiliser et à mettre en œuvre, l’isolant thermique mince est un véritable atout. Il est surtout nécessaire de savoir poser ce genre d’isolants afin que la performance soit bonne. Dans ce billet, on vous dit comment utiliser un isolant thermique mince.

A découvrir également : Les travaux d'isolation éligibles au crédit d'impôt

Qu’est-ce qu’un isolant thermique mince ?

Un isolant thermique mince ou produit mince réfléchissant est un assemblage de deux feuilles d’aluminium à l’intérieur duquel on retrouve de fines couches de plusieurs matériaux isolants. Ces derniers sont de diverses sortes :

  • Le polyéthylène à bulles,
  • La mousse souple de polyéthylène.
  • Le feutre en fibres végétales, animales ou synthétiques,
  • La fibre de bois.

L’aspect extérieur brillant de l’isolant thermique mince confère à la maison, une réflexion de rayonnement thermique, et par conséquent, une perte de chaleur, un avantage considérable.

Lire également : Agrandissement de maison, quelles sont les étapes à suivre ?

Quelles sont les différentes utilisations à faire d’un isolant thermique mince ?

La façon dont on utilise les isolants thermiques minces est étroitement liée à leurs caractéristiques. En effet, un isolant thermique mince est un produit souple, flexible et qui dispose d’une épaisseur faible. L’épaisseur d’un isolant thermique mince est fonction du nombre de couches d’isolants intermédiaires utilisés. On trouve des épaisseurs compris entre 3 mm et 5 cm.

Ces diverses caractéristiques des isolants thermiques minces permettent qu’ils soient toujours utilisés en complément d’une autre méthode d’isolation pour garantir leur efficacité. Pour obtenir un très bon résultat d’isolation, les produits minces réfléchissants sont combinés avec d’autres matériaux isolants, naturels ou minéraux. Parmi les matériaux utilisés, on peut citer : la laine de roche, la laine de verre, le polyuréthane ou encore la fibre de bois.

Les isolants thermiques minces sont des matériaux que l’on peut utiliser sur différents chantiers, aussi bien en rénovation, qu’en construction neuve. Ils peuvent être utilisés pour :

  • L’isolation de la toiture et des combles ;
  • L’isolation thermique des sols et des murs ;
  • L’isolation thermique et phonique des garages.

Quel est le mode d’emploi pour bien poser un isolant thermique mince ?

Isolant thermique mince comment l'utiliser

Les isolants thermiques minces sont des produits faciles à poser, quels que soient les matériaux isolants qui les composent. Il est recommandé de faire appel à un professionnel pour la pose des produits minces réfléchissants, mais vous pouvez le faire vous-même, si vous êtes un peu bricoleur et si vous suivez le mode d’emploi ci-dessous.

Pour commencer la pose d’un isolant thermique mince, dressez convenablement l’isolant afin d’éviter les entrées d’air. Car ces derniers ne sont pas bénéfiques pour une bonne isolation.

À l’aide de vos agrafes, agrafez les contours de votre PMR sur l’espace dédié. Veillez à respecter une lame d’air de 20 mm de chaque côté. Utilisez un ruban adhésif pour recouvrir les jonctions sur 50 à 100 mm entre elles. Pour finir, appliquez un liteau sur votre isolant afin de garantir sa bonne étanchéité, et par conséquent, sa bonne performance énergétique.

Bien que la pose d’un isolant thermique mince soit simple et facile à réaliser, il est important de la confier à un professionnel certifié RGE (Reconnu garant de l’environnement). L’isolation que ce type de professionnel vous offre est une isolation de qualité, réalisée dans les normes légales environnementales.

Aussi, en ayant recours à ces spécialistes qualifiés, vous pouvez bénéficier d’aides financières pour tous vos travaux de rénovation et d’isolation. C’est une option non-négligeable, que vous devez longuement considérer.

Quelles sont les performances thermiques d’un isolant thermique après sa pose ?

Selon l’Agence de la transition écologique (ADEME), la résistance thermique minimale requise pour une bonne isolation des combles et des toitures, est de 6 m2 K/W. Cela n’est pas le cas d’un isolant thermique mince.

Lorsqu’il est bien utilisé, c’est-à-dire de façon optimale, un produit mince réfléchissant à une épaisseur d’environ 2 cm. Il dispose également d’une lame d’air de chaque côté.

Cependant, même avec ces caractéristiques, sa résistance thermique demeure faible et avoisine un taux de 2 m2 K/W maximum. Cette légère performance dépend encore de trois différents facteurs : la quantité de couches intermédiaires installées, la nature des matériaux utilisés et la configuration de la pose de l’isolant effectuée.

Les isolants multicouches appelés « sandwich » du fait de la superposition de plusieurs couches de matériaux, indiquent la qualité de la performance thermique du PMR. Les divers isolants constitutifs sont assemblés grâce à une soudure ou un collage entre eux, puis enfermés entre deux couches d’aluminium.

Les couches qui constituent le PMR ne sont pas toujours composées du même matériau isolant. Ainsi, les types de matériaux influencent grandement la performance thermique du produit après sa pose.

La manière d’installer un isolant thermique mince influence également la manière de sa performance. C’est pourquoi une pose professionnelle par des équipes compétentes est vivement recommandée. Dans tous les cas, les isolants minces ne suffisent pas à assurer seuls l’isolation des murs ou des combles, à cause de leur faible épaisseur.