Comment calculer la solvabilité d’un locataire en Suisse ?

La solvabilité d’un locataire est un critère pour les propriétaires et les agences immobilières en Suisse. Elle permet de s’assurer que le locataire potentiel dispose des ressources financières nécessaires pour payer régulièrement son loyer, réduisant ainsi les risques de loyers impayés. Calculer la solvabilité d’un locataire implique l’évaluation de divers facteurs financiers et personnels, tels que les revenus, les charges, l’historique de crédit, et la stabilité de l’emploi…

Qu’est-ce que le concept de solvabilité locative ?

La solvabilité locative se réfère à la capacité d’un locataire potentiel à payer régulièrement son loyer sans difficultés financières significatives. En Suisse, ce calcul repose généralement sur une formule simple qui consiste à additionner le loyer et les charges, puis multiplier par trois cette somme. Si le revenu net du locataire dépasse ce montant, alors il est considéré comme solvable. Pour plus de détails sur les loyers en Suisse, renseignez-vous ici.

Lire également : 6 conseils futés anti-bruits pour la maison

Pour illustrer, si un locataire gagne un revenu net de 8,000 CHF mensuellement et souhaite louer un appartement dont le loyer total, charges incluses, est de 2,500 CHF, ce locataire sera jugé solvable lorsque son revenu net excède 7,500 CHF (2,500 CHF multiplié par 3). Il est important de noter que ces calculs peuvent devenir plus compliqués lorsqu’ils tiennent compte de la situation familiale, du type d’emploi ou de la durée d’ancienneté dans l’entreprise du locataire. Par exemple, la présence d’enfants ou une situation professionnelle précaire peuvent fortement influencer l’évaluation de la solvabilité.

Critères influençant la décision des propriétaires

Les propriétaires suisses adoptent souvent une approche prudente basée sur plusieurs critères supplémentaires pour éviter les risques associés à la location à des locataires financièrement instables. Un autre système communément utilisé par les propriétaires consiste à allouer un montant fixe pour chaque adulte et chaque enfant au sein d’un foyer. En général, ils comptent 2,000 CHF par adulte et 1,200 CHF par enfant. Cette méthode permet de déterminer combien le locataire peut raisonnablement consacrer au loyer après avoir déduit ces sommes de son revenu net.

A découvrir également : Éclairage LED : confort visuel et réelles économies sur votre facture électrique

Par exemple, un locataire avec un revenu net de 6,000 CHF et deux enfants verrait sa capacité locative réduite de 4,400 CHF (2,000 CHF pour lui, 1,200 CHF pour chaque enfant), laissant une marge de 1,600 CHF pour le loyer.

Les propriétaires examinent également la stabilité professionnelle du locataire, privilégiant souvent ceux avec des contrats permanents et plusieurs années d’ancienneté. Un emploi stable, surtout dans des secteurs assurant une continuité d’emploi élevée, peut rassurer grandement les propriétaires quant à la solvabilité future du locataire. Comparativement, deux individus ayant un même niveau de revenus globaux mais provenant de sources différentes (par exemple, mariés versus célibataire) peuvent être perçus différemment. Un couple avec deux salaires individuels pourrait sembler plus sûr qu’un individu unique disposant d’une seule source de revenu, car le risque est réparti entre deux personnes.

Bon à savoir : une vérification systématique des registres de poursuites permet aux propriétaires de repérer immédiatement un candidat présentant des problèmes potentiels. L’extrait de ce registre offre une transparence sur les précédentes difficultés financières des locataires potentiels.