Conseils pratiques pour estimer un terrain rapidement et efficacement

Même si vous êtes pressé de vendre votre terrain, vous ne pouvez pas donner un chiffre au hasard pour son prix de vente. Si ce chiffre est trop élevé, vous risquez de ne pas trouver d’acheteur et s’il est trop bas, vous sortirez perdant de la transaction. Il est donc primordial d’estimer le terrain. Seulement, on n’estime pas de la même façon une maison et un terrain. Dans cet article, nous allons vous donner quelques conseils pour estimer rapidement et efficacement votre terrain.

Réunir toutes les informations sur le terrain

Pour estimer un terrain, vous devez rassembler tous les documents relatifs au terrain. Relevez les dimensions de ce dernier, notamment sa surface. Même si vous pensez avoir réuni assez d’informations, sachez que celles-ci ne sont pas suffisantes. Vous devez encore vous rendre auprès du cadastre.

A lire en complément : Les enjeux de la gestion locative pour un local commercial

Pour ne pas perdre de temps, rendez-vous sur le site www.cadastre.gouv.fr et penchez-vous sur la partie cadastrale. Vous y retrouverez d’autres informations comme l’évaluation fiscale de votre terrain, son environnement et les aménagements aux alentours. 

Un passage à la mairie s’impose également pour la consultation du PLU. Ceci vous permettra de connaître la zone dans laquelle est situé votre terrain. Vous pourrez également être fixé par rapport au côté constructible ou non de votre terrain. Comme vous êtes déjà à la mairie, profitez pour consulter le certificat d’urbanisme d’information et le certificat d’urbanisme opérationnel. Vous pourrez y recueillir d’autres informations.

A lire aussi : 10 conseils pour bien préparer votre propriété à la vente !

Calculer la valeur du terrain en fonction de sa constructibilité

Le premier critère à considérer pour cette estimation est la constructibilité. Pour faire simple, si votre parcelle est constructible, vous pouvez la vendre plus cher. Cependant, la valeur du terrain va également dépendre de sa situation et de ses caractéristiques. Si votre terrain se trouve en zone à urbaniser, son prix peut être plus élevé que celui d’un terrain en zone forestière, et même s’ils ont la même superficie. 

Si votre terrain est non constructible, vous devez baser votre estimation sur l’exploitation, notamment la présence ou non de bâtiments d’exploitation. Vous pouvez également prendre en compte sa proximité avec une zone constructible, la possibilité d’une éventuelle division parcellaire et le relief du terrain.

Considérer la viabilité

Ce critère concerne plus les terrains constructibles. On dit qu’un terrain est viabilisé lorsqu’il est raccordé à différents réseaux. Si c’est le cas de votre terrain, cette viabilité va impacter le prix. Vous pouvez très bien afficher un prix plus élevé. Faites comprendre au potentiel acquéreur qui se présente que vous avez investi une certaine somme pour réaliser ces travaux de raccordement.

Si votre terrain n’est pas viabilisé, même s’il est constructible, vous ne pouvez pas trop vous permettre d’afficher un prix trop élevé, car la viabilisation représente un coût assez élevé que le potentiel acquéreur devra régler s’il achète votre terrain.

Ne pas oublier l’emplacement et l’orientation

Si votre terrain est constructible et viabilisé, il pourra se vendre à un prix plus élevé. Vous pouvez encore vous permettre d’augmenter le prix s’il est localisé près d’une grande agglomération et s’il est à proximité des commerces et des services.

Vous comprenez que si le terrain n’est pas très bien placé, s’il se trouve près d’une zone industrielle ou de l’autoroute, sa valeur doit être revue à la baisse. Aujourd’hui, les acquéreurs font attention à l’orientation du bien. Les biens orientés plein Sud est sont les plus prisés et les plus chers.